A la différence du parquet classique qui est collé ou cloué au sol, Le parquet flottant est posé sans être solidaire du sol, il est assemblé par les rainures et les languettes, qui sont collées ou fixées entre elles, et non au support. Certaines grandes enseignes proposent aujourd’hui des parquets flottants clipsables qui facilitent considérablement la pose, et vous permettent d’emmener votre parquet en cas de déménagement….

Matériel et outils nécessaires

  • Lames de parquet
  • Sous-couche résiliente
  • Ruban adhésif
  • Les outils : 1 crayon, 1 mètre, 1 équerre, cales de dilatation de 8 mm, 1 tire-lame, 1 cale de frappe, 1 marteau, 1 scie egoine, 1 scie sauteuse équipée d’une lame inversée, 1 perçeuse, 1 pistolet extrudeur, 1 scie à onglet
  • Des genouillères

Quelques règles à suivre scrupuleusement

Si le parquet flottant est beaucoup plus simple à poser que le parquet collé, il n’en reste pas moins que chaque étape requiert une attention particulière et qu’il faut respecter scrupuleusement la procédure.

  1. Si possible, retirez les plinthes et commencez par bien nettoyer le sol : si vous souhaitez poser votre parquet flottant sur un revêtement préexistant, cela est possible mais aussurez-vous que la surface est bien saine et plane ; si vous choisissez d’enlever le revêtement précédent, ponsez et nettoyer avec du décapant pour colle pour que le sol soit bien sain et plan.
  2. Après vous être assuré que le sol est bien sec, stockez vos lames au sol et bien à plat, 24 heures avant la pose pour que le taux d’hygrométrie du parquet s’accorde à celui de la pièce.
  3. Dégondez les portes pour ne pas être gêné et découpez les pieds de chambranle: pour ce faire, passez un peu de sous-couche et une lame à l’envers à l’endroit du pied de chambranle, et sciez en prenant appui sur la lame.
  4. Poser la sous-couche résiliente en laies perpendiculairement aux lames de parquet et collez les laies entre elles avec de l’adhésif.
  5. Placez les lames le long du mur le plus long, sans les fixer, la dernière lame doir mesurer au moins 40 cm de long ; si ce n’est pas le cas, coupez la premiere lame de la rangée afin de décaler l’ensemble de la rangée.
  6. Pour ménager un espace de dilatation tout autour de la pièce, interposez des petites cales de 8 mm le long des murs et posez vos lames les unes à la suite des autres en les clipsant les unes dans les autres au fur et à mesure.
  7. Récupérer le morceau coupé de la rangée précédente et assemblez vos lames en laissant un espace puis faites coulisser la lame à l’aide de la cale martyre et d’un marteau si le glissement s’effectue mal, et pour que les lames soient bout à bout. Pour la dernière lame de la rangée, utilisez le tire-lame pour bien la caler.
  8. Pour les découpes (tuyaux et autres), marquez votre lame en l’apposant contre le mur à l’emplacement du tuyau, placez la cale de dilatation et ajoutez les 8 mm à la découpe, utilisez la scie circulaire à mèche à bois plate puis finissez la découpe avec la scie sauteuse.
  9. Pour la dernière rangée, il faudra couper la lame dans le sens horizontal, utilisez bien la cale de dilatation, marquez votre planche et sciez !
  10. Attendez au moins une heure pour retirer toutes les cales de dilatation et coupez au cutter la sous-couche résiiente en excédent, et n’oubliez pas de recollez vos plinthes en utilisant bien des plinthes carderon, en laissant bien un petit espace entre le sol et la plinthe.
  11. Respectez bien l’espace de dilatation quand vous poserez votre seuil de porte et remettez votre porte, ponsez au besoin !
  12. La video c’est par ici ! http://www.youtube.com/watch?v=rLb7XeeuFCg

Crédit photo : http://www.travauxbricolage.fr